Estivadas

Sosten al Festenal Interregional de las Culturas Occitanas

FacebookTwitterRssSoundCloud

Quel avenir pour l’Estivada ? (Collectif de Soutien à l’Estivada)

Une Actu du 01/12/2015 | 121 commentaires

La fin de l’Estivada 2015 avait laissé en suspens un nombre certain de questions et d’interrogations, chez le public, les partenaires, les organisateurs du festival, dans la presse, des questions auxquelles personne n’était sur le moment en mesure de répondre. Nous le pouvons désormais, du moins en partie, forts d’une « nouvelle liberté retrouvée », selon la terrible et consacrée périphrase. Et elle signifie bien ce qu’elle signifie habituellement : après l’édition de l’Estivada 2015, la Ville de Rodez, par la voix de son maire et dans une lettre tout ce qu’il y a d’officiel, a exprimé sa volonté de revoir la maîtrise d’œuvre du festival et d’en reprendre l’organisation en régie directe, c’est à dire en interne. L’association Org&Com, qui constituait le support administratif du festival depuis 10 ans, ainsi que l’équipe, salariée ou non, travaillant sur le festival et sachant le faire, cessent donc de fait cette activité.

A ce changement radical dans la vie du festival, aucun motif n’a été particulièrement avancé, tout au plus quelques raisons budgétaires, dans un bouillon économique que nous connaissons tous et qui touche le monde de la culture dans son ensemble. Mais il y a, bien entendu et comme dans toute rupture, des raisons, formant un faisceau étroitement noué de causes et de conséquences aux origines parfois troubles et incertaines. Ce qui est sûr, et ce que nous pouvons dire, ce dont nous devons, même, rendre compte, ne serait-ce qu’aux bénévoles et aux publics qui ont porté et accompagné jusqu’ici ce festival, c’est que l’état actuel des choses découle des mauvaises relations et des problèmes de communication entre la Ville de Rodez et l’équipe en charge de l’organisation du festival, ainsi que d’un contexte politico-économico-culturel plus global.

Soyons honnêtes : l’Estivada n’était certes pas un festival parfait (en existe-t-il seulement un ?), d’où la nécessité de chaque année sur le métier remettre l’ouvrage, et ce dans des conditions bien souvent difficiles. Car oui, les conditions d’organisation furent difficiles, se délitant progressivement depuis des élections municipales de 2008 coïncidant avec l’arrivée d’un nouveau directeur, le dernier en date, celui qui aura, au bout du compte, réussi à « faire mieux avec moins », pour un festival balancé au rythme de baisses de subventions en partie provoquées par un contexte économique morose. En partie seulement.

Sans volonté aucune de polémiquer, à l’heure où l’attachement à l’Estivada ne saurait être davantage désintéressé, nous ne pouvons que constater combien la dégradation sérieuse des relations a miné ce festival. Une dégradation générale, subie par tous les acteurs du territoire ruthénois et durement constatée parfois : des petites incompréhensions du quotidien entre faiseurs et décideur à des procédures fastidieuses, longues et inutiles au moment d’avancer des éléments concrets, en passant par des soutiens défaillants, de véritables crises de défiance, le manque d’envie, de mordant, des méconnaissances du fait et des dossiers culturels assénés avec une assurance à toute épreuve, des lourdeurs administratives et des légèretés exécutives, et de manière générale un calendrier politique décidément bien éloigné du petit agenda de l’action concrète, tout aura contribué à l’installation d’un climat délétère.

Disons-le franchement : le plus souvent la machine tournait à vide. L’équipe de l’Estivada n’aura que peu goûté la reconnaissance politique locale du travail fourni, du développement, de la vie apportée au territoire ou de sa capacité à, sur un court temps, l’animer. Pire : avec le temps un véritable dialogue de sourds se sera installé, renforcé par la transparence voire l’absence des interlocuteurs, la disparition ou l’abandon progressif des derniers soutiens affirmés au sein du conseil municipal, le manque d’accompagnement et d’intérêt du « dossier Estivada » par les successives élues à la culture et l’installation d’un autocratisme et d’une force d’inertie assez absolus à tous les niveaux. Autant d’éléments responsables de la précarisation du festival, forme éphémère de nature qui plus est, ainsi que celle de tous ses salariés et partenaires. Indécisions, frilosité générale, exaspération légitime devant des futilités trop longuement débattues, tout aura contribué à dresser des obstacles masquant le propos et le sens du festival, le condamnant à la stagnation, dans l’incapacité de se fournir les moyens de son développement nécessaire.

Ce ne sont là que des éléments de constat concrets, mais nous nous garderons bien de nous recroqueviller sur des regrets. Ce qui est fait est fait, et ne saurait être défait. Non, ce qui nous anime aujourd’hui ce sont de bien réelles inquiétudes. Les seules valables : celle qui concernent un avenir commun. Rendons-nous compte un instant de ce que représente l’Estivada : à l’heure actuelle le seul espace-temps de culture et de langue occitane, le seul en tout cas qui rassemble autant de partenaires, d’artistes, d’associatifs, d’idées, de propositions…tout en offrant aux habitants du territoire leur propre festival, dans leur ville. Compte tenu de la situation actuelle de l’occitan, compte tenu de la situation actuelle de Rodez, l’importance d’un événement comme l’Estivada est vitale. Plus que sa simple survie, sa vie se doit d’être guidée par une ambition et une énergie incommensurables. Et tout cela nous craignons de ne plus le voir. Que la Ville de Rodez reprenne les rênes, soit. En espérant bien sûr que cela lui confère l’élan d’intérêt qu’elle n’avait que peu manifesté jusqu’alors. En espérant qu’elle déploie les moyens justes, à la hauteur de ce qu’est et doit être l’Estivada. En espérant qu’elle parvienne à éviter les écueils inconsciemment liés à la « culture occitane » et, au premier chef, la folklorisation. En espérant qu’elle ait envie de ce rayonnement interrégional, transfrontalier, qui l’élève au-delà de Rodez tout en y gardant de solides racines. En espérant que le portage direct par des services techniques d’une municipalité parvienne à s’affranchir de ses propres limites en termes de réalisation, de décision, d’organisation. En espérant le respect dû aux professionnels de la culture, aux artistes, aux techniciens qui exercent bel et bien de vrais métiers, malgré des rumeurs parasites. En espérant que l’Estivada soit et reste le festival de la langue et de la culture occitane. En esperant…

De tout cela, nous n’avons à l’heure actuelle aucune garantie et ce même après qu’une candidate aux élections régionales ait clamé que « l’Estivada resterait un festival interrégional à Rodez », une simple déclaration extraite d’un océan de promesses.

C’est pourquoi nous appelons tous les citoyens attachés à l’Estivada, le festival interrégional des cultures occitanes, à exercer leurs droits auprès de la Ville de Rodez, et à manifester leur soutien avec force et conviction, en formulant avec nous ces questions : Quel avenir pour l’Estivada ? Quel contenu ? Quel(s) budget(s) ? Quelle ambition ? Quel projet ?

Les inquiétudes que nous manifestons, et que nous pensons être aussi les vôtres, doivent amener des réponses claires du monde politique, qui devra assumer sa position sur l’avenir de ce festival en terre ruthénoise et plus généralement sur celui de la langue et de la culture occitane. Nous serons attentifs, et invitons chacun à l’être, à toutes les pistes ouvertes quant à une ou des suites, à une reprise de ce projet, qu’il soit amené à rester à Rodez, à renaître ailleurs ou, pourquoi pas, à se pluraliser.

Nous souhaitons quoi qu’il en soit bon courage au nouveau pôle désormais en charge de l’Estivada à la Ville de Rodez.

Collectif de Soutien à l’Estivada

Carrat negre

121 Commentaires

    • je soutiens l appel

    • Sostèni tanben !

      • Segur que sosteni !

    • Sosteni, de segur, l’Estivada qu’es lo recampament mai bèl d’Occitania (lo sol?)

    • Devem un brave marces a l’equip que surtis. Tirem de bana coma vosautres !
      L’Alèm Chambaraud.

    • Je soutiens / sosteni

    • Sostèni tabo per la lenga

    • Sosteni de tot cor L’Estivada, dans sa forme originelle de carrefour de la culture et de la création occitanes et non pas comme un de ces innombrables « World Festival-fourre-tout » que l’Estivada risque de devenir… Quina avenidor ?

    • Sostèni, plan segur. La Mairie ne veut pas faire un festival culturel, elle veut faire un marché folklorique. Lamentable.

  1. Je soutiens, sosteni! Sosteni fòrt e mòrt!

  2. Vai que soustene !

  3. tout mon soutien

  4. Soutien total !

  5. Segur que cal que damòra, une nouvelle épopée a bastir…. Sostèn !!!

  6. Plan evidentament, sosteni d’a fons !

  7. Je soutiens!

  8. Je soutiens avec mes 2 bras et plus si je pouvais

  9. Je vous soutien !

  10. Sosten complet ! L’Estivada es indispensabla ! Òm escampa pas coma aquò quasi 25 ans de vida !

  11. Je soutiens aussi, ce nos racines, ne perdons pas tout, on nous en supprime déjà pas mal, vive l’Occitanie !

  12. Je soutiens totalement, pour que vive la culture occitane sur ses territoires. Il n’y a pas assez de festival Occitan alors continuez, bien à vous

    • sosteni lo festival

  13. Polida lenga e festival que nos cal garda en Rodès ! Sosteni !

  14. Bien que le texte soit alambiqué et souvent fumeux, je soutiens la démarche.

  15. Quò rescalfa lo còr !

  16. Ah non, ne nous enlevez pas ces réjouissantes programmations volées à la morosité! Je vous soutiens, haut et fort, artistes, techniciens, bénévoles, un patrimoine vivant en péril de plus…Pécaïre…

  17. J’apporte mon soutien à ce festival, son équipe, son bilan artistique, à une orientation qui, à défaut d’être parfaite car il faudrait plus d’Estivadas réparties sur la zone culturelle occitane, montre un cap réaliste, populaire et tout sauf sectaire, passéiste ou folklorique .

  18. je soutiens parce que l’art et la langue ne sont pas seulement la culture mais l’humain tout entier.

  19. Habitant Montpelhièr, je suis venu, en famille, à l’Estivada depuis qu’elle existe !
    Nous logeons à Rodés même, pendant l’Estivada et ensuite autour
    car nous prolongeons notre séjour pour excursionner et visiter les environs .
    Nous achetons toujours les produits locaux et dépensons localement .
    Je rencontre beaucoup de gens qui font comme nous, profitant de l’Estivada
    pour visiter Rodés, les environs et le Rouergue.
    Participants ainsi à l’économie de l’Aveyron !

  20. Cal totes sosténer L’Estivada !

    Alan Roch, Carcassona

  21. goulamas’k vos sosteni totjorn en davant

  22. Vive la culture humaniste…et qu’( on puisse longtemps danser au son du fifre, auboï et tutti quanti…
    Peace and Love, MACAREL…

    • Qu’un que siá l’avenidor de la lenga d’òc es totjorn uèi un mejan d’expression popular e artistic. L’estivada n’es lo retrach. Cal sosténer.

  23. L’estivada deu contunhar!

  24. De segur que sostèngui !

  25. Segur que sostene e d’a fons!

  26. Sosteni de segur

  27. Sostengui / Je soutiens.

  28. De segur que sosteni l’Estivada ! En mai dei animacions, concerts, taulas redondas, eca… donava vida a la ciutat, un resson que despassava lo despartament e la region, de monde venian de Franca tota e l’Estivada donava de travalh e de plaser en toi. Lu capcans devon revenir sus d’aquesta decision.

  29. De la Catalonha ièu sostèni tanben

  30. Sostèni a 200 %

    • Que cau guardar l’estivada!Que sostengui tanben!

  31. DE SEGUR QUE SOSTENI !!!!

  32. De segur que sostengui

  33. Sostenèm l’estivada ! de Traussa Menerbès

  34. Sostèni! capon de nom!

  35. Sosteni !

  36. Soutien total!

  37. Òsca a l’Estivada (Festenal Occitan Interregional)

    I anarem totes i menarem nòstres eenfants

  38. De segur cal un festenal bel per Occitania. Aquèla veirina es fòrça importanta e es l’escasença de far rescontrar los actors plurals de l’occitan viu.
    Estivada dèu contunhar, e non coma un testimòni de çò qu’èra la cultura nòstra mas coma rendètz-vos de la modernita e de la creacion, amb totes los actors d’ara.

  39. Present a l’estivada de Rodés amb un talhièr Gardarem la Tèrra de 2006 a 2013, e dempuèi pel plaser de viure aquel temps fòrt d’interculturalitat occitana doberta de mai en mai en particular amb los païses catalans, sostèni plan segur l’accion per assegurar son devenir, e me sembla important que demòre mai que mai en país non metropolitan del naut Roèrga

  40. Anem Rodés! Òc per l’Estivada!

    • Sosten, solide. Pr’aquò, tròbi io tanben aquela pròsa pro farlabicada. Sosten, doncas, òc-ben, que n’avèm besonh d’Estivadas… e tanplan de las renovelar ! Los lòcs se bastisson : Rodés èra e damòra una bona causida, mès que caldriá duèrbe l’equipa e lo programa als actors que fan viure aquels ranvèrs e aquelas talveras ! I a una vida, entre dus festenals, e lo trigòs dels creators serà totjorn mai granívol que non pas lo replec d’una comuna sul seu monilh…

  41. Sostèni !

  42. Sosten complet. Que profieitavi tot an de l’Estivada sancèra…que’m demandi: a qui apartien lo nom « Estivada »?

  43. Sosten sens discutida possible a una manifestation unenca per çò que concernìs la lenga nòstra.
    Se d’unes an idèia de suprimir l’Estivada an pas soscat a çò que pòrta aquèla fèsta a la vila de Rodés e a la joinessa avaironesa e regionala quora l’estiu; i a pas res d’un tal nivèl e ne podran anar quèrre una armada de benevòls per far lo trabalh!
    Mas belèu vòlon mestrejar la direccion del festival e ne far quicòm de folcloric per levar de la festa las discutidas, los debats, las proposicions e fin finala la lenga.
    Òc, sosten ferrotge a l’Estivada.

  44. Anem Occitans! Òc per l’Estivada!

  45. Que sostieni l’idea d’un mantien de l’Estivada a Rodés, dab un esperit ubèrt.
    Que m’agrada lo lòc…
    Qu’avem besonh d’un tau endret de hèsta, d’encontres, d’escambis e de pelejas…
    dab un veire de vin a la man.

  46. Sosteno ben segur!

  47. Per l’onor del país sosténer
    e per sa dignitat manténer
    sosteni l’Estivada !

    • Soi pel manten de l’Estivada la mai larga possible,amb una legida totjorn novèla de l’istoria

  48. Gardarem l’estivada !

  49. Cau sauvar l’Estivada! de segur que la sostene ieu tanben!

  50. Sosten a l’estivada!!!

  51. Que vos sostenèm.
    Que sauvaram l’Estivada.

  52. Segur que sosteni l’Estivada !

  53. Sosteni !!!

  54. AML
    oc, que sosteni L’estivada.

  55. Sostenì,per segur: apresa la manifestacìon de Montpelhier passat sos silencì (e l’organizacìon de merda!,desolat!) péls medias,lo non-vota dels senators,ara l’estivada que volàn daissar morir;degus podrìa pas dire que la fin de la cultura nòstra es aquì!!! Aném daissar far???

  56. Qu’éi héit 200 kms entà venguer a l’estivada, que demorèi 5 jorns au camping, lo ser la plaça qu’ éra negra de monde. tot aquo , que’m her hasti.
    De segur que sostengui.
    Lo Claudi d’Aush

  57. L’Estivada es un punt de cristalizacion essenciau, per nautres e per lo monde. Un exemple entre maites : i rescontrère aqueste an una turca jove qu’endralha ara un trabalh sus los trobadors e las trobairitz. Lo passatge en regia municipala risca de menar una « normalizacion » contrària a l’esperit costumièr de l’Estivada. Solide que cau que contunhe !

  58. Cossí sosténer pas quand, demest escòlas e universitats d’estieu, festivals de cultura occitana escampilhats sul territòri occitan, l’Estivada jòga un ròtle federator màger e fa per un moment de Rodés una capitala culturala vertadièra ? Que los responsables ne prengan consciéncia. Ieu,sosteni.

  59. Jo tanben que sostieni. Que sostieni l’importància d’un hestenau interregionau, l’importància de la qualitat d’aqueth hestenau interregionau, l’importància de la qualitat deus espectacles, l’importància deus escambis, l’importància de la convivialitat, l’importància de la gratuitat tau public, e l’importància deus benevòles shens qui, tot aquò ne seré pas possible, ce’m sembla.

  60. La question se pausa pas: sosteni l’Estivada fòrt e mòrt! Un estiu sens Estivada es pas un estiu. Plan mercès al monde que l’an portada fins ara. Sèm totes amb la còla que trabalharà per la reviscolar e la far viure!

  61. Cal sosténer, per segur

  62. sosteni tanben!

  63. De sosten, de sosten, encara de sosten!

  64. Sosteni tanben aquel Festival !!!!

  65. Tiò, sosteni

  66. Jean-Jacques Dutaut-Boué

    Que sustengui aqueth hestenau Occitan de prumèra necessitat.
    Je soutiens ce festival occitan de première nécessité.

  67. Anem,Òc per l’Estivada ! Sosten complet.

  68. Sosteni, de segur que visca la cultura occitana actuala.

  69. Sosten total ! Pour une Estivada qui reste un vrai grand festival interrégional de la culture occitane dans toute sa diversité, ouverte au monde : lo festenal de la Convivénica qu’es totjorn estat !

  70. Alexandra Bousquet,

    « Mon soutien total,militant et actif! »

  71. Lo « Fial de lana » apporte son soutien aux « ESTIVADA » pour que vive la culture occitane.
    Nous n’avons jamais eu l’occasion d’être programmé sur ce festival mais nous sommes prêt à venir « faire dansar lo mundo », juste pour le plaisir…..
    Salutations
    A lèu !

  72. L’Estivada de Rodès es un eveniment mager de la vita culturala dau sud de Franca, d’Occitània. Los poers publiques an lo dever de sauvar aquela institucion. Gardarem « l’Estivada » !

  73. Sosteni l’estivada a Rodes !!!

  74. Sostien a l’Estivada ! Segur. Non compreni pas perqué la vila de Rodés abandona ua manifestacion d’aquera importància. Que soi segur qu’ac arregretaràn.

  75. Sosteni tanben

  76. Sosteni! E fau obrar!

    • L’Estivada qu’es indispensabla, sosteni d’a fons

  77. Mai que mai sosteni, i a pas tant de festenau com’aquel e lo cal sauvar.

  78. Sosteni l’Estivada!

  79. Per l’onor del país sosténer
    e per sa dignitat manténer
    sosteni l’Estivada !

  80. Sosteni l’Estivada !

  81. Sosteni l’Estivada, Cal continua

  82. Sosteni aquel festenal que es un grand moment de Conviviénça.
    Val continuar per far viure nòstra lenga e cultura occitana.

  83. Sosteni l’Estivada.

  84. Segur que sosteni tanbe l’Estivada

  85. Sosteni l’estivada, plan segur !

  86. Sosteni l’estivada, plan segur !

  87. Osca per l’ESTIVADA !!!

  88. Sosteni l’Estivada !

  89. l’estivado va enfin devenir ce qu’elle aurait toujours dû être : une magnifique vitrine pour nos traditions, notre folklore et notre patois local si cher à nos habitants.

  90. De mon Ardecha de luenh, sosteno tant que pòio.

  91. sostengui l’Estivada qui va durar enqüera longtemps

  92. sosteni dau Puei de doma

Trackbacks/Pingbacks

  1. Suivre l’évolution de la situation de l’Estivada - Estivada - [...] de soutien et cessent d’être le relais officiel de l’organisation du festival. Un communiqué est publié et appelle à ...

Répondre à Alan Annuler la réponse.